• Promotions

fiche technique:Artichaut

L´agronomie en général et tous ce qui touche de loin comme de prés a ce domaine (systèmes de cultures, exploitation, relation sol-plante, climatologie agricole, irrigation, drainage, fertilisation...)

fiche technique:Artichaut

Message par taha » Jeu Sep 23, 2010 7:02 pm

[I]ARTICHAUT
[I]
Cynaria Scolymus L.(Famille des composé)

[/I][/I]
[I]
L'artichaut est originaire d'Afrique du Nord. Il dérive du cardon sauvage. Il est donc chez lui en Algérie, et sa culture ne doit poser aucun problème d'adaptation.
C'est une plante vivace par son rhizome, à feuilles longues parfois de plus d'un mètre, vert grisâtre en dessus, garnies en dessous de filaments cotonneux et profondément découpés. La tige est cannelée, haute de 1,5O m et se termine par un capitule qui est l'artichaut. D'autres capitules naissent sur les rameaux secondaires.
Les graines, qui sont en réalité les fruits secs de la plante, sont assez grosses, oblongues, comprimées, de couleur grise striées de brun. Il y en a 25 dans le gramme.

MULTIPLICATION
1° - Par semis : Les résultats que l'on obtient avec ce mode de multiplication sont trop incertains. Nombre de pieds retournent à la forme primitive (cardon). Cependant les plants de semis sont robustes et rustiques et peuvent donner des variétés nouvelles.
On sème sur couche en février pour pouvoir planter en avril en choisissant les pieds non épineux.
2° - Par œilletons : C'est le procédé le plus généralement employé qui permet de conserver intégralement les variétés.
Les œilletons poussent généralement en grand nombre sur chaque souche de vieux pieds. Ils sont trop nombreux pour pouvoir se développer tous normalement et donner.
On déchausse ces vieux pieds au crochet, puis on détache avec soin, avec une serpette ou une spatule en bois, tous les rejets sauf deux ou trois, les plus robustes, qu'on laisse en place. Ceux-là se développeront rapidement et donneront la récolte de l'année.
Les rejets ou œilletons détachés sont triés. On prélève les moyens, ceux qui ont une trentaine de centimètres de long et qui possèdent un talon (portion de souche parfois pourvue de racines).
Le reste est vendu comme cardes.
Avant de planter, rafraîchir un peu la coupe avec un couteau propre et tranchant, rogner l'extrémité des feuilles. Après plantation, arroser au goulot (petite cuvette autour de chaque pied) jusqu'à la reprise du plant.

SOL ET FUMURE  
L'artichaut aime les sols argilo-calcaires ou argilo siliceux pourvu qu'ils ne soient pas trop humides en hiver. Les longues et grosses racines demandent des sols profonds pour donner une végétation vigoureuse. C'est un légume très vorace et très exigeant. Il lui faut à l'are :
- 45O kg de fumier
- 2 à 2,5 kg de nitrate (à répandre en 2 fois)
- 1,5 à 2 kg de superphosphate à 15 %
- 2 à 3 kg de sulfate de potasse à 15 %
L'emploi de la potasse avance la précocité et augmente le rendement.
L'artichaut craint assez le froid, les feuilles ne résistent pas en dessous de - 5° à -8°.
Deux ou trois mois avant la plantation des œilletons, le sol doit être défoncé à 4O ou 5O cm, le fumier et les engrais répandus, sauf le nitrate. Un mois avant la plantation on refait un nouveau labour de 15 cm suivi d'un hersage et d'un roulage. Au moment du départ de la végétation, on répand 1O à 15 gr de nitrate autour de chaque pied. Deux ou trois mois après, on répand la même quantité de nitrate et à chaque fois on bine légèrement pour enterrer cet engrais.

CULTURE DANS LA ZONE LITTORALE
Culture de saison : C'est la culture la plus pratiquée quand on ne dispose pas d'eau pour l'irrigation. Le sol doit être préparé en juillet ou août ou même avant l'été. Dès les premières pluies sérieuses le sol est rapidement biné et rayonné. L'œilletonnage est pratiqué à la fin d'octobre et la plantation a lieu aussitôt après. Pour planter on se sert de la binette, ou encore mieux, du plantoir. Cet instrument permet de serrer plus facilement la terre contre le pied. La base de l'œilleton doit être enterrée à 4-5 cm environ. On plante sur sol plat si on ne compte que sur les pluies pour mener la plantation jusqu'à la récolte. On plante en quinconce 1 m X 1 m en plaçant, pour constituer la touffe, deux œilletons espacés l'un de l'autre de 1O cm. Biner aussi souvent qu'il est nécessaire.
La végétation part généralement en mars. On peut faire une petite récolte en avril-mai. On coupe les hampes florales à quelques centimètres au dessus du sol lorsque la récolte est achevée et on les brûle. Alors tout sèche. Les artichauts passent ainsi l'été et rien, à la surface du sol, n'indique leur présence. Dès les premières pluies, la végétation repart activement. On œilletonne, on bine et on répand autour des touffes 1 kg de nitrate de soude ou de chaux par are soit une dizaine de grammes par touffe.
Au printemps on récolte 1O à 12 artichauts par touffe. L'année suivante, on opère de la même manière et on obtient une importante récolte. Après cette dernière récolte en arrache les pieds et on les brûle. Pendant 3 ou 4 ans on ne doit pas planter d'artichauts dans cette parcelle. Si on dispose d'un peu d'eau pour l'irrigation on peut avancer la récolte et cueillir dès décembre, et la récolte se poursuivra jusqu'au printemps. Voici comment procéder : au commencement d'août, on donne la première irrigation et on continue jusqu'à la chute des premières pluies d'automne. On procède en temps utile au binage, œilletonnage et nitratage des pieds.
Culture de primeur : Cette culture n'est possible que dans la zone littorale ou sublittoral. Le sol est préparé comme nous l'avons indiqué dans le paragraphe  " Sol et fumure ". Les œilletons sont détachés au plus tard en mars sur des pieds de 2 ans. Il sont choisis et préparé comme nous l'avons indiqué dans la culture de saison. On les met en pépinière à 1O X 1O centimètres de manière à ce qu'il y en ait 1OO au mètre carré. Cette quantité est en principe suffisante pour planter un are. On arrose immédiatement pour favoriser la reprise qui est généralement rapide. Après une douzaine de jours on reconnaît facilement les manquants qui doivent être remplacés. On continue les arrosages en avril et mai. Après, on supprime l'eau pour obliger les plants à se mettre au repos. Ils se dessèchent rapidement. On enlève les feuilles au râteau et on les brûle. Le rhizome gonflé de matières nutritives subsiste dans le sol. A fin juillet, 9 ou 1O jours avant la mise en place, on arrose pour réveiller la végétation et pour arracher facilement les rhizomes bourgeonnants. On les place dans des corbeilles, on les recouvre de sacs mouillés et on les arrose, puis on les rentre dans un local humide (une cave par exemple). Après une huitaine de jours, des pousses blanches se montrent. C'est le moment de planter sur un côté du billon en espaçant les pieds d'un mètre. Les billons sont également espacés d'un mètre. Les œilletons ne doivent pas être enterrés trop profondément. On irrigue immédiatement, puis tous les huit jours jusqu'à la chute des pluies importantes de l'automne. Binages fréquents et œilletonnage chaque fois que sortent de nouvelles pousse, car il ne faut laisser qu'un seul pied par touffe.
Au début d'octobre, on procède à un buttage en déplaçant les billons d'une hauteur de 15 centimètres environ pour protéger le collet de la plante des eaux qui s'accumuleraient en hiver dans les billons. La végétation part rapidement après ce buttage. On cueille les premiers artichauts fin novembre et c'est à partir de la mi-décembre que la récolte devient importante et elle se poursuit jusqu'en avril. Chaque pied donne 4 à 5 têtes dont une grosse, la terminale. On récolte donc 40 à 50.000 tête d’artichauts à l’hectare.
Lorsque la récolte est terminée on peut prélever des œilletons pour une autre plantation. Puis l'artichautière est laissée au repos. Quelques temps après tout sèche. On coupe les hampes florales à 5 ou 1O cm en dessus du sol. On nettoie le sol en ramassant ces hampes et les feuilles sèches, et on brûle ces déchets.
Fin juillet ou commencement août on remet en végétation par une copieuse irrigation. Dès que le terrain est ressuyé, on peut le labourer ou le piocher et reformer les billons. On irrigue tous les 8 jours jusqu'aux premières pluies. Il faut œilletonner fréquemment et ne laisser que les deux plus beaux rejets par touffe. Les soins sont ensuite les mêmes que la première année. On récolte dès le début octobre les artichauts de primeur, mais la récolte ne devient abondante que de décembre à avril.
En général on supprime l'artichautière après la fin de la récolte de la deuxième année, car celle de la troisième année est faible. Il existe une autre méthode pour obtenir des artichauts de bonne heure: on creuse en mars des trous de 5O cm de coté et espacés de 1 mètre en tous sens. On y met une bonne couche de fumier bien décomposé et on finit de remplir le trou d'une bonne terre. Dans la première quinzaine d'avril on détache des œilletons avec une partie des racines et on plante directement en place à raison de 2 œilletons par trou, espacés l'un de l'autre de 1O cm. On arrose à l'arrosoir autant qu'il est nécessaire jusqu'à ce que la reprise soit nette et complète, en général jusqu'au début juin. Une fois qu'on est assuré de la reprise, on coupe l'arrosage et on laisse tout sécher. Au mois d'août on réveille la plantation par des irrigations copieuses et répétées. On arrête l'irrigation après la chute des premières pluies sérieuses.
Fin octobre on commence à récolter les premiers artichauts et du début décembre jusqu'au 15 avril, la production est abondante. En fumant votre artichautière abondamment et régulièrement tous les ans en octobre après les premières pluies, et en œilletonnant régulièrement pour ne conserver que les deux plus beaux rejets, vous pouvez la conserver 6 ans sans que la production diminue.
Culture dans les hauts plateaux
Dans les zones élevées la culture de l'artichaut pose certains problèmes qu'un cultivateur sagace peut facilement résoudre. Il apparaît que par la semence on est souvent arrivé en Algérie à obtenir de nouvelles variétés qui s'adaptent au terroir et qui donnent une abondante récolte d'excellents artichauts. Nous ne citerons pour mémoire que le prolifique de Sidi Okba, le violet foncé de Doucen, l'épineux de Bouzaréah. En sélectionnant les plants on peut arriver à fixer une variété adaptée à la région. Les semis se font à la mi-juillet. Dans les localités où le froid n'est pas très rigoureux on peut détacher et planter les œilletons de septembre jusqu'au 15 novembre. Pour planter à cette période il faut que le sol se ressuie facilement. Dans les localités où le froid est rigoureux, il faut attendre que la période des grandes gelées soit passée et planter en mars et avril.
En ce qui concerne les travaux et les soins à apporter, se référer aux chapitres "Sol et fumure" et "Culture de saison".
Dans les localités où les gelées sont tenaces on peut réussir les artichauts à condition de couvrir les pieds dès les premiers froids. Le meilleur produit pour les couvrir est le fumier, à défaut la paille, sinon la terre.
Culture dans les oasis
La culture de l'artichaut est possible dans les Oasis. Les pratiques de culture sont les mêmes que dans le Sahel. Les œilletons sont détachés  début  octobre et plantés immédiatement. Evidemment la plantation doit être irriguée tout le long jusqu'à la fin de la récolte. En été, les rhizomes doivent rester en vie et la situation diffère selon chaque localité. Là où il y a une remontée d'eau, l'irrigation n'est pas nécessaire, mais là où la nappe se trouve éloignée du sol, il serait peut-être bon d'irriguer ou d'arroser de temps en temps. En déterrant un rhizome de temps en temps, l'agriculteur pourra se faire lui-même une idée. En hiver, que l'agriculteur n'oublie pas que l'artichaut n'aime pas voir stagner l'eau à ses pieds. Ceci s'adresse aux localités où le sol est argileux.
On peut produire de l'artichaut par semis. Semer les graines le 5 août. Arroser constamment. Planter définitivement le 5 octobre. Le reste des travaux se fait comme dans la culture de saison au Sahel. On récolte en mars - avril.

Culture intercalaire
En hiver on peut profiter de l'espace disponible entre les pieds d'artichaut, avant la grande poussée, pour planter des légumes à courte végétation comme les radis, les laitues, les navets etc.

VARIETES
Gros vert de Laon : Végétation vigoureuse. Têtes volumineuses, larges à la base. Production soutenue. C'est la variété la plus résistante au froid.
Camus de Bretagne : Grosses têtes arrondies légèrement violacées sur les bords. Productive. A planter dans les localités à climat doux.
Artichauts de Provence : Tête plus petite que les précédents, allongée. Très hâtif.
Artichaut violet : Hâtif. Pommes petites et allongées. Violet. Très estimé en Algérie. Sensible au froid.
[/I]
taha
Expert
Expert
 
Message(s) : 121
Inscription : Ven Mars 14, 2008 7:02 pm
Localisation : partout
Statut Professionnel: Agronome

Promotions

Re: fiche technique:Artichaut

Message par dzagro » Ven Sep 24, 2010 8:55 am

avec ZERO photos :(
The Body Thrives When the Heart has a Mission
Avatar de l’utilisateur
dzagro
Administrateur
Administrateur
 
Message(s) : 1662
Inscription : Mar Oct 23, 2007 2:36 pm
Localisation : DzAgro site web
Statut Professionnel: Agronome

Re: fiche technique:Artichaut

Message par taha » Ven Sep 24, 2010 11:22 am

je n'arrive pas pas a mettre des photo pcq elle sont directement insérer dans mes texte, mais comme c'est gentillement demandé, je ne vais plus jamais mettre une fiche dans ce forum
taha
Expert
Expert
 
Message(s) : 121
Inscription : Ven Mars 14, 2008 7:02 pm
Localisation : partout
Statut Professionnel: Agronome

Re: fiche technique:Artichaut

Message par dzagro » Ven Sep 24, 2010 11:46 am

dans la rubrique : informatique... en bas de CE Forum... vous trouverez des cours: comment insérer des photos dans CE forum...

bonne chance

NB: c n'est pas question de poliment  ou .... c'est dans le sens d'améliorer l'apparence des sujets en tenant compte du contenu ... n'est ce pas !!!
The Body Thrives When the Heart has a Mission
Avatar de l’utilisateur
dzagro
Administrateur
Administrateur
 
Message(s) : 1662
Inscription : Mar Oct 23, 2007 2:36 pm
Localisation : DzAgro site web
Statut Professionnel: Agronome


Retour vers Agronomie générale :: Phytotechnie ::

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron